Ce statut permet d’allier les avantages du travail en freelance à la protection qu’offre la perception d’un salaire. Un tel contrat se fait par le biais d’une société qui transforme une activité « en indépendant » en travail salarié.

Zoom sur ce type d’entreprise

Ce procédé de rémunération correspond à une relation triangulaire qui fait donc intervenir trois protagonistes. Ces derniers sont dépendants les uns des autres. Il s’agit tout d’abord du professionnel indépendant qui souhaite être salarié pour ses prestations. Cette personne physique est désignée sous le terme de « porté ». Il a une clientèle à laquelle il propose ses prestations, en fonction du type d’activité qu’il exerce. Enfin, pour établir le lien de rémunération entre ces deux intervenants, la médiation d’une société de portage salarial est mise en œuvre. Cette entreprise ratifie le marché conclu par le « porté » et le reprend à son compte. Elle embauche le « porté » et le rémunère en tant que salarié. Ces entreprises spécialisées, comme portageo.fr accueillent la mission du « porté » au profit de son ou de ses clients. Il bénéficie ainsi des avantages que confère le statut de salarié, à savoir un contrat de travail, un employeur identifié ainsi qu’une rémunération mensuelle. En tant que professionnel indépendant, il est ainsi plus facile d’exercer son activité. Ce statut permet en outre d’avoir droit à des allocations chômage en fin de mission.

Choisir sa propre société prestataire

Il revient au futur « porté » de trouver l’entreprise par laquelle il souhaite être embauché. Cette décision peut sembler difficile a priori tant l’offre en la matière est foisonnante. Les arguments mis en avant par les diverses entreprises de portage manquent parfois de clarté. Toutefois, quelques critères de base sont à prendre en compte pour s’y retrouver et faire un « tri » efficace. Le « porté » doit à la fois choisir son employeur et son prestataire de services, ce qui constitue une responsabilité à prendre très au sérieux ! S’il travaille dans un secteur vraiment spécifique, l’offre en matière de portage salarial est cependant plus limitée, ce qui peut rendre la sélection plus facile. Deux critères s’avèrent décisifs pour contacter l’entreprise la mieux adaptée. En premier, il faut vérifier les frais facturés par la société de portage. Ensuite, c’est le calcul du salaire du « porté » qui importe. Cette somme, plus ou moins avantageuse, s’ajoute aux autres atouts du statut comme par exemple la couverture sociale du régime général. D’autres critères entrent en ligne de compte afin de trancher à bon escient.

Les éléments pour affiner son choix

Le web permet d’avoir accès à une multitude d’entreprises de portage de salaire de manière directe via leur site. Il est aussi possible de se renseigner sur les bonnes entreprises de portage salarial avec avis sur les forums en ligne spécialisés. Le futur « porté » doit aussi se concentrer sur les caractéristiques de la société qui l’intéresse. Mieux vaut qu’il contrôle son degré de fiabilité économique, notamment en vérifiant si l’entreprise a une garantie de caution. Si la société est en difficulté, il est quand même préférable de pouvoir toucher le salaire auquel on a droit ! L’ancienneté de la société de portage salarial est une indication utile, tout comme le contenu de la convention que l’entreprise propose à ses salariés. Les clauses du contrat doivent être examinées avec la plus grande attention, ainsi que les modalités de paiement mises en place par la société. Certains prestataires en portage de salaire fournissent des services intéressants, du style marketing commercial. Ils aident ainsi le « porté » à recruter plus efficacement sa clientèle, tâche qui lui revient a priori mais que la société de portage peut indirectement faciliter.