La reprise d’une entreprise ne se conclut pas du jour au lendemain. L’acquéreur doit suivre des étapes qui permettent d’établir un plan concevable. De la recherche à la signature des différents actes, des stratégies doivent être mises en place. L’acquisition d’entreprise passe donc par des études poussées pour avoir les données nécessaires au plan de reprise. Des audits financiers, juridiques… sont menés afin d’élire le meilleur des projets qui sera donc finançable et réalisable.

Mener des recherches pour trouver l’entreprise à reprendre

La recherche n’est pas une étape facile quand il s’agit de trouver une entreprise à racheter. Dansla plupart des cas, les chefs d’entreprise opèrent avec discrétion dans le but de ne pas décliner leur chiffre d’affaires actuel. Il existe donc des stratégies qui conduisent au bout des recherches permettant de connaître les firmes à contacter pour une acquisition d’entreprise. Passer par des intermédiaires est obligatoire ; être à l’écoute de son réseau professionnel est également judicieux.

Afin d’affiner les recherches et de faire la sélection avec diplomatie, il faut savoir quels critères d’une société sont à rechercher obligatoirement. La taille et le type de l’entreprise sont parmi les propriétés à définir à l’avance. Il faut donc savoir approximativement le nombre de salariés, le CA, s’il s’agit d’une start-up, d’une société familiale… Besoin de conseils juridiques sur la cession d’entreprise, visitez le site Ecodroit.

Commencer les négociations afin d’avancer dans la procédure de rachat d’entreprise

Entrer en contact avec le chef d’entreprise est la démarche à entamer une fois que les recherches ont abouties pour avancer dans la procédure d’acquisition d’entreprise. Généralement, si l’entrevue est fructueuse, cela aboutit à l’établissement d’un dossier contenant des informations sur l’entreprise en question. L’acquéreur peut disposer de renseignements sur la clientèle de la société, les points forts et faibles, les postes clés…

Les négociations peuvent donc commencer en fixant d’abord un prix provisoire puis en procédant à la rédaction de ladite lettre d’intention. C’est un engagement signé par l’acquéreur et le cédant déterminant les termes de la négociation. Si des modifications du terme doivent être effectuées, la façon de procéder doit y être mentionnée : par accord, par mention spécifique… Elle permet donc d’éviter un désaccord et de faire dérouler les procédures d’acquisition d’entreprise en toute harmonie.

Faire une étude approfondie et se fixer sur les décisions à prendre

Pour que le repreneur décide s’il souhaite poursuivre les étapes ou se retirer, il faut étudier la faisabilité du projet. Pour le faire, il convient de solliciter l’expertise des spécialistes qui peuvent faire des audits d’acquisition. Ils vont par la suite obtenir des données qui vont servir de bases à l’entrepreneur pour étudier les possibles financements et l’aboutissement de son projet.  

L’entrepreneur doit ensuite établir un plan de reprise de la société. Un Business Plan de Reprise est un document qui va servir à démontrer la faisabilité du programme d’acquisition d’entreprise. L’acquéreur peut également s’en servir dans le but de trouver des financeurs. Le Montage Juridique peut aussi être rédigé à partir de ce moment. Ce type de document définit les différentes modalités pour l’acquisition : paiement, compte courant, garanties…

Procéder aux formalités administratives pour l’acquisition d’entreprise

Le Protocole d’accord est le premier document qui peut être établi pour finaliser le rachat. Il peut être rédigé dès que le prix défini a été élaboré et que les audits d’acquisition sont terminés. Les conditions du rachat y sont mentionnées et les deux parties : le cédant et le repreneur, le signent et s’engagent à conclure l’acquisition d’entreprise.

Bien évidemment, les autres documents administratifs doivent être réglés dans les meilleurs délais. Les actes de cession, les garanties actifs et passifs… doivent être en règle et signés pour conclure le rachat. Le repreneur peut également s’occuper des modifications par rapport au statut de l’entreprise ou les autres modalités à revoir.